Rencontrez nos experts

Articles récents

ICT Experts LuxembourgDigital Media & IoT Low tech : 6 questions à se poser avant de lancer un projet IoT durable
Low tech : 6 questions à se poser avant de lancer un projet IoT durable

Low tech : 6 questions à se poser avant de lancer un projet IoT durable

Consommation énergétique des batteries, composants non recyclables, les objets connectés présentent bien souvent un coût environnemental élevé. Alors pour concevoir un projet IoT vraiment « smart », mieux vaut se pencher dès sa conception sur la réduction de l’impact environnemental. Du volume de données collectées en passant par le cycle de vie des appareils, voici 6 questions à se poser pour déployer des projets IoT durables.

1. De quelles données ai-je besoin ?

 

Pour le déterminer, il faut plancher en amont sur l’usage que vous allez faire de ces données. Demandez-vous par exemple si placer un capteur connecté pour recueillir cette donnée va réellement vous offrir un retour sur investissement.

 

Le dimensionnement du projet a lui-aussi une importance cruciale. En envisageant dès l’origine l’évolution du nombre de dispositifs à déployer vous pouvez anticiper les livraisons, les grouper et optimiser la surface à couvrir en limitant le nombre de capteurs.

 

2. De quelle quantité de données ai-je besoin, à quelle fréquence ?

 

Limiter la fréquence d’envoi et le volume de données transmises prolonge la durée de vie de la batterie et réduit la consommation électrique des serveurs. Il est donc préférable de mettre l’accent sur la pertinence des données plutôt que sur leur quantité, tant que cela ne génère pas de perte de service.

 

En outre, certains appareils disposent d’un mode « sommeil profond » qui rend leur consommation quasi nulle lorsqu’ils ne sont pas actifs. Un fonctionnement particulièrement indiqué lorsque les données à collecter sont thermiques ou hygrométriques comme c’est le cas dans le projet IoT de surveillance des crues au Luxembourg.

 

3. Où sont fabriqués les capteurs ?

 

Si vos capteurs doivent parcourir la moitié du globe avant d’être installés, leur empreinte carbone va exploser. Privilégiez un fournisseur local pour limiter l’impact des transports dans le coût environnemental du projet.

 

4. Comment est alimentée la batterie ?

 

L’alimentation est l’une des principales sources de pollution dans un système IoT. Veillez à ce que la batterie soit rechargeable et présente une longue durée de vie.

Certains capteurs peuvent tenir plusieurs années avant d’être ensuite rechargés, ce qui leur promet une très longue durée de vie. Dans le cas d’installations en extérieur avec une faible collecte d’informations, l’alimentation solaire est aussi une réponse très pertinente.

 

5. Quelle est la durée de vie des composants ?

 

La durée de vie d’une installation IoT est très liée à la qualité de ses composants. Or, la plupart des capteurs sont en plastique. Soyez vigilants pour choisir des polymères de bonne qualité afin de prolonger votre système IoT.

 

Indépendamment du matériel, la batterie possède une durée de vie propre. Renseignez-vous sur le nombre de cycle de charge qu’elle peut effectuer, le taux de décharge maximum qu’elle peut supporter afin d’intégrer ces paramètres dans la décision.

 

6. Les matériaux sont-ils recyclables ?

Les matériaux utilisés dans la composition des capteurs sont-ils facilement recyclables ? Qu’en est-il de leurs emballages ? Privilégiez des fournisseurs qui limitent le suremballage et utilisant des matériaux renouvelables dans la conception de leurs produits.

 

 

Ces solutions low-tech doivent désormais jouer un rôle majeur dans la politique IT des entreprises. La prise en compte des enjeux environnementaux tient notamment une place de plus en plus importante dans les décisions d’achat de vos clients qui, au-delà d’un produit, cherchent aujourd’hui des entreprises en phase avec leurs valeurs.

 

Pas de commentaires

Laisser une réponse