Broadband World Forum 2016 : quelles opportunités devront saisir les acteurs des télécommunications ?

Le Broadband World Forum (BBWF), qui s’est déroulé en octobre à Londres, permet chaque année aux opérateurs télécoms et aux fournisseurs de matériel informatique d’échanger sur les défis et les opportunités qui existent dans le secteur des telecommunications, pour les mois et les années à venir.

 

Des changements technologiques de plus en plus rapides

Les changements qui s’opèrent aujourd’hui suivent un rythme de plus en plus soutenu. « Change will never be this slow again », a-t-on pu entendre lors de l’une des keynotes. La formule reflète bien le fait que les professionnels des télécommunications devront à présent composer avec une révolution technologique par année, quand ils étaient plutôt habitués à une révolution technologique tous les cinq ans.

 

BBWF 2016 : les nouveaux défis à venir

Parmi les nombreux défis que devra relever le secteur, citons l’explosion du nombre d’objets connectés. L’arrivée de la 5G devrait permettre la gestion d’une flotte grandissante d’appareils mobiles qui nécessiteront tous une connexion aux réseaux mobiles. Elle devrait également permettre de profiter de nouveaux services visant à améliorer la qualité de vie des consommateurs.

Les opérateurs devront également offrir de nouveaux services pour contrecarrer les concurrents OTT (over the top service) qui profitent largement des réseaux télécoms existant à travers le monde pour lancer des services qui viennent concurrencer directement les services historiques télécoms comme la téléphonie. L’application WhatsApp en est un bel exemple. En installant cette application, l’utilisateur n’a plus besoin de payer des frais de téléphonie et échappe ainsi à d’éventuels frais supplémentaires de roaming. Cette perte de revenu est considérable et oblige les opérateurs à se repositionner sur un marché devenu volatile et fortement imprégné par l’effet de ces applications.

Source: FiberPlanIT
Source: FiberPlanIT

 

Deux tendances à suivre de près

Lors du BBWF 2016, deux sujets se sont également révélés plus prépondérants : les réseaux virtualisés et le concept de maison connectée. Des opportunités sont donc à saisir dans ces deux domaines pour les opérateurs télécoms et les fournisseurs de services afin de rester concurrentiels.

Les réseaux virtualisés

Pour répondre aux challenges technologiques, les opérateurs devront revoir en grande partie leur infrastructure réseau. Durant l’événement, il a beaucoup été question de virtualisation, notamment à travers la technologie NFV (Network Function Virtualization). Cette dernière consiste à récupérer les fonctions et services d’un équipement physique dédié et à les convertir en applications logicielles qui seront capables de fonctionner sur des serveurs standards.

Cette technologie offre de nombreux avantages :

  • Elle élimine l’engagement vis à vis d’un propriétaire d’équipements matériels ou d’un fournisseur.
  • Elle permet d’activer des fonctions de manière flexible.
  • Elle fournit un portefeuille de services flexibles et plus efficaces dans l’automatisation des réseaux.

L’automatisation et l’orchestration sont des concepts clés en matière de réseau afin de gagner en flexibilité, réduire les temps de développement d’un nouveau produit sur le marché et en réduire les coûts.

Mais les défis sont aussi nombreux. Afin de gérer ce parc de réseaux virtualisés, les opérateurs devront introduire de nouveaux outils comme une plateforme de gestion et composer avec des outils très souvent open source. Il faudra également miser sur l’approche collaborative avec l’industrie pour bénéficier d’une meilleure compatibilité.

La maison connectée

Autre grande tendance abordée au cours du BBWF 2016 : le concept du « Smart Home », qui commence à être perçu comme un nouveau marché sur lequel les opérateurs télécoms peuvent étendre leur gamme de services existants avec des services à valeur ajoutée.
Plus connu dans le passé sous l’appellation de domotique, la maison connectée permettra dans un futur proche de piloter mais aussi de superviser différentes fonctionnalités dans une maison. Elle sera également capable de gérer automatiquement certains cas de figure sans que l’utilisateur ait besoin d’interagir.

Pour être pleinement efficace, cette technologie implique une meilleure maitrise des services WiFi dans les habitations afin de faire face à l’explosion des objets connectés dans nos milieux de vie. On estime en effet qu’en 2020, une maison contiendra en moyenne 15 à 20 objets connectés au WiFi. Cela nécessitera des appareils intelligents capables de gérer différentes connexions wifi et de contrôler et moduler la bande passante.

Les opérateurs télécoms auront donc fort à faire dans les mois et années à venir ; et des investissements seront à prévoir s’ils souhaitent demeurer compétitifs. Leur manière d’appréhender le marché devra également être remaniée, en se basant sur une vision à plus court terme et en ayant davantage recours au partenariat.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *