Virtualisation : 6 questions essentielles pour bien choisir vos outils d’opération et de management

Depuis quelques années, les environnements virtuels et leurs écosystèmes connaissent une importante croissance dans les entreprises luxembourgeoises et ailleurs en Europe. Pour garder un œil sur l’ensemble de ces infrastructures virtualisées, de nombreux outils d’opération et de management voient le jour en permanence. Mais comment faire le tri parmi cette longue liste d’outils ? Quelles questions fondamentales devriez-vous vous poser avant de confirmer vos choix au-delà des toutes les questions de TCO et ROI induites par ces produits ?

 

1. Quelle est la mission de votre outil ?

Tout d’abord, assurez-vous de bien définir et classer les missions que vous souhaitez allouer à vos outils d’opération et de management. Elles peuvent être de toute sorte : assurer les SLA, simplifier et automatiser les opérations IT, évaluer les risques, faciliter la résolution des problèmes, simplifier l’utilisation sur des infrastructures hétérogènes (physique, virtuel, cloud), augmenter la proactivité des équipes IT, évaluer le coût de l’infrastructure ou encore collecter les bonnes informations.

 

2. Quelle en est la provenance et la maturité ?

C’est une donnée essentielle. L’origine de l’outil vous apportera beaucoup d’informations sur la façon dont il a été pensé, développé et surtout pour qui. Demandez-vous par exemple si l’application qui vous intéresse est issue du monde physique et a été modifiée pour le monde virtuel ou inversement. Renseignez-vous si la société à l’origine de l’outil a été rachetée. N’hésitez pas à réaliser quelques comparatifs entre fournisseurs de logiciels. Cela pourrait vous aider à avoir une idée plus précise du produit que vous souhaitez. Intéressez-vous aussi à son degré de maturité. Il doit vous permettre d’avoir une vue sur le cycle de release de l’outil qui ne doit pas impacter ses fonctionnalités en production et surtout capitaliser sur une solution éprouvée et reconnue.

 

3. L’outil s’intègre-t-il bien dans l’environnement client ?

En vous documentant et en vous intéressant à l’architecture de l’outil, vous pourrez mieux comprendre son intégration dans l’infrastructure actuelle. Vous maîtriserez alors son niveau d’intrusion dans les systèmes en place. Votre outil devrait donc être « data agnostic », dans le sens où il pourra s’intégrer aux outils existants et s’insérer dans des environnements hétérogènes. Ces applications dites agnostiques ont la capacité de  récupérer les flux des applications plutôt que de se baser sur des modèles statiques. Vérifiez également si votre outil est capable de générer des analyses hautement évolutives afin de pouvoir absorber un volume de données conséquent à long terme.

 

4. Est-il simple à utiliser ?

Rappelez-vous que plusieurs personnes de l’équipe IT, dotées de niveaux de compétences variables, devront pouvoir naviguer dans l’application facilement. L’outil devra donc être customisable de manière simple et flexible afin de pouvoir donner accès à un dashboard personnalisé en fonction de chacun.

 

5. Avez-vous pris connaissance de la roadmap et du mode de licensing ?

La roadmap vous permettra d’avoir une vision complète de l’outil. Elle vous aidera aussi à prendre une décision en fonction de la roadmap de votre infrastructure. D’autre part, différents mode de licensing sont exploités par les éditeurs, en fonction de votre infrastructure. Cela aura un impact financier. Il est donc nécessaire d’en prendre connaissance lors de l’évaluation de l’outil.

 

6. Quelles fonctionnalités ne pas manquer ?

Ces outils d’opération et de management doivent surtout vous permettre de réaliser des analyses en temps réel et donc de bénéficier d’analyses dynamiques des différents composants de vos infrastructures virtualisées afin de mieux optimiser et planifier vos ressources. Par ordre d’importance, vous devriez donc vous assurer que votre application est dotée d’outils de monitoring et d’alerting, d’outils d’analyse de la performance et d’analyse de la capacité, d’outils de troubleshooting. D’autres fonctionnalités peuvent être intéressantes comme les outils d’analyse des applications, ceux permettant d’automatiser les opérations ou encore les outils d’évaluation des coûts de l’infrastructure.

 

Laisser un commentaire

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE