Les ICT Experts présents lors de l’événement VMware PEX 2015

C’est désormais la tradition : le Moscone Center de San Francisco a ouvert ses portes aux 4000 partenaires venus du monde entier découvrir et échanger sur la stratégie et les nouveautés de VMware à l’occasion du très attendu VMware Partner Exchange 2015 qui s’est déroulé du 3 au 5 février.

Dans une ambiance très hype, son CEO Pat Gelsinger a braqué les spots sur la nouvelle plate-forme de virtualisation vSphere 6 qui est, selon lui, « la plus grande mise à jour jamais réalisée, avec plus de 650 nouvelles fonctions et améliorations ».

 

VMware-CEO-Pat-Gelsinger

 

vSphere 6 est la pierre angulaire du triptyque de la stratégie SDDC (Software Defined DataCenter) comprenant :
•    Virtualisation de stockage avec vSAN,
•    Virtualisation de réseau avec NSX,
•    Virtualisation de systèmes avec vSphere,

vSAN comme NSX bénéficient aussi d’évolutions majeures confortant la stratégie « One Cloud, any app, on any device » de l’éditeur.

 

vSphere 6 double la mise

Effectivement, la montée en puissance de vSphere 6 est impressionnante. Tirant pleinement profit des nouvelles évolutions CPU d’Intel, vSphere apporte à ses utilisateurs plus de performance et de capacité. La version 6 double la mise par rapport à la version 5.5 avec la prise en charge de 64 ESXI (480 CPU et 12 To de RAM par ESXI) par cluster. Le nombre de machines virtuelles hébergées par cluster passe lui à 8000.

 

Migration à chaud longue distance

Parmi les nouveautés, une des grosses annonces porte sur la notion de déplacement de machine virtuelle longue distance, baptisée « Long-Distance vMotion ». Elle permet d’opérer des migrations à chaud, sans interruption de services, de machines virtuelles sur de longues distances, ce qui intéresse tout particulièrement les entreprises américaines pour des duplications « East Coast/West Coast » mais aussi  les multinationales pour des basculements entre centres de données situés sur deux continents différents. Les directions informatiques devront cependant se pencher sur les aspects législatifs à prendre en compte dans le cadre de ce type d’opération, et être très attentifs aux « terms and conditions » des programmes de licence des éditeurs. Toujours dans une logique temps réel,  « l’Instant Clone » permet de créer des clones de machines virtuelles de manière instantanée, tant au niveau de la mémoire que des disques.

 

Bureaux graphiques 3D virtuels

Autre point important de l’annonce : la gestion du partage de la technologie vGPU va permettre aux ingénieurs, architectes, cabinets CAO et DAO et concepteurs multimédias de tirer pleinement parti de la puissance des graphiques 3D sans devoir passer par l’acquisition des machines locales surpuissantes. Ils pourront ainsi accéder à des capacités graphiques 3D complexes au sein de bureaux virtuels situés dans des architectures Cloud.

 

vCenter 5 fois plus réactif

On retiendra encore dans la version 6 de l’hyperviseur, une augmentation notable des performances de l’interface d’administration Web du vCenter. Avec des temps de réponse 5 fois supérieur, l’expérience utilisateur s’en trouve très largement améliorée.

 

Distribution OpenStack

VMware annonce également le lancement de VMware Integrated OpenStack sa propre distribution « OpenStack », le framework Cloud Open Source fort à la mode en ce moment. Basée sur vSphere, elle devrait permettre aux entreprises de rester dans l’environnement Open Source et de communiquer avec d’autres plates-formes OpenStack, tout en tirant parti de vSphere !

 

Stratégie Cloud hybride

La dernière annonce majeure concerne le vCloud Air (cloud public) de VMware qui continue son évolution part des améliorations apportées aux versions 6 de vSphere, vSAN et NSX. Il offre de plus grandes possibilités aux clients VMware. Ces clients peuvent ainsi de manière beaucoup plus souple et élastique étendre leur infrastructure « On Premises » vers des « Cloud Privés ou Hybride » de partenaires vCloud Air Network et/ou vers le cloud public vCloud Air de VMware.
L’annonce de l’alliance avec le géant Google va permettre à celui-ci d’avoir maintenant accès à une plate-forme cloud professionnelle mais également permettre à VMware d’intégrer un certain nombre de services cloud de Google (ex : Cloud Storage, Datastore, DNS, Big Query, etc…) au sein du vCloud Air Network.
C’est le cœur du nouveau mode de pensée de l’éditeur qui, brique après brique, bâtit sa stratégie autour d’un Cloud hybride où les infrastructures privées vont pouvoir agir comme une extension du Cloud public et être administrées par les mêmes outils. Ce au grand bénéfice des administrateurs et utilisateurs qui gagnent en flexibilité et en facilité d’utilisation !

 

Laisser un commentaire

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE