Et si on essayait de comprendre le Cloud ?

À l’heure actuelle, tout le monde parle du Cloud. Et on entend parfois tout et n’importe quoi à son sujet. Son objectif est simple : il vise à mettre à disposition des ressources informatiques partagées telles que de la connectivité, des serveurs, du stockage, des applications ou encore des services. Le modèle est basé sur quelques caractéristiques essentielles comme le self-service, l’accès via le réseau, le partage des ressources et l’élasticité.

 

Trois types de service

Le Cloud propose différents modèles de service, dont voici les caractéristiques.

  • Le SaaS (Software as a Service) : il fournit aux utilisateurs des applications via le réseau. L’utilisateur ne contrôle pas et ne gère pas le réseau, les serveurs, les systèmes d’exploitation, le stockage ou les applications.
  • Le PaaS (Platform as a Service) : il met à disposition des serveurs. Le client déploie et contrôle les applications, mais ne gère pas les serveurs, le système d’exploitation, le stockage, le réseau, etc.
  • L’IaaS (Infrastructure as a Service) : il propose des éléments d’infrastructure de base comme des capacités de processing, de réseau, de stockage, etc. Le client accède à l’infrastructure pour déployer ses systèmes et applications, mais il ne contrôle pas et ne gère pas cette infrastructure. Par contre, il gère les serveurs, les systèmes d’exploitation, les applications, le stockage et une partie du réseau.

Naturellement, ces services doivent être déployés sur des infrastructures qui possèdent les caractéristiques essentielles du Cloud.

 

Quatre types de deployment

Au niveau du déploiement, on en recense quatre types.

  • Le Cloud public : il se trouve sur des infrastructures de très grande taille et est accessible à tout public. Il est très élastique, mais aussi standardise.
  • Le Cloud privé : il est destiné à une seule organisation. Il est géré par cette organisation ou par un tiers, ce qui permet d’avoir un contrôle total et une personnalisation plus accrue. Il peut se situer dans un data center externe ou sur site.
  • Le Cloud Community : il se caractérise par une infrastructure partagée par une communauté, c’est-à-dire plusieurs organisations qui partagent les mêmes besoins. Il est géré par une organisation ou un tiers.
  • Le Cloud hybride : il se compose de plusieurs Clouds, ceux-ci partageant un même standard ou une technologie propriétaire. Le processus qui permet à une organisation de passer d’un Cloud privé à un Cloud public s’appelle le Cloudbursting.

 

Un fonctionnement simple pour l’utilisateur

Avec le Cloud, l’utilisateur se connecte à son PC et au Cloud via Internet, et conserve ses habitudes de travail, comme lire ses mails, ouvrir des applications, enregistrer des fichiers, etc. La différence par rapport à « avant » ? Anytime, anywhere, any device. Auparavant, l’utilisateur devait être connecté sur son PC au bureau pour pouvoir travailler. Maintenant, tout utilisateur peut se connecter quand il veut, sur le device de son choix, peu importe l’endroit où il se trouve ou l’heure qu’il est.

 

To Cloud or not to Cloud ?

Tout dépend de ce que vous recherchez. Si vous êtes dotés de systèmes qui ne peuvent tourner que sur certains matériels, si vous voulez garder le contrôle sur tout, si vous souhaitez une personnalisation à outrance sans aucune volonté ou possibilité d’adaptation et de flexibilité, alors, le Cloud n’est pas une solution adaptée.

Par contre, si vous souhaitez profiter d’une solution flexible, avec des ressources disponibles à la demande, si vous souhaitez démarrer tout doucement, si vous tenez à lisser vos coûts et ne plus devoir planifier vos investissements à long terme, si vous trouvez que payer uniquement ce que vous consommez est la meilleure solution, alors n’hésitez plus, le cloud est fait pour vous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *