Comment le Cloud bouleverse-t-il le marché de l’outsourcing ?

L’outsourcing a longtemps été (et constitue toujours) une solution privilégiée par les grandes entreprises pour réduire leurs coûts IT et se concentrer sur leur cœur de métier. Dès la fin des années 90, les prestataires de services IT ont repris la maîtrise d’infrastructures privées, généralement hébergées chez le client. Des services que seules les très grandes organisations ont pu et peuvent se permettre, comme c’est le cas pour nombre d’entre elles au Luxembourg.

 

Une ouverture aux PME-PMI

Aujourd’hui, l’arrivée massive du Cloud computing modifie considérablement le marché de l’outsourcing tel que nous le connaissons. Loin d’y songer il y a quelques années, les PME-PMI commencent à demander un service similaire. Les raisons sont multiples : d’une part, elles cherchent de plus en plus ces types de services « all-in » ; d’autre part, le Cloud offre des outils à des prix beaucoup plus démocratiques tandis que les produits et services sont fixés à des prix unitaires. Il devient simple pour une petite société (voire une TPE) de combiner plusieurs services IT, tout en ayant une grande maîtrise sur les coûts occasionnés. En ce sens, le Cloud permet de faciliter une forme d’outsourcing pour ces acteurs fondamentaux de l’économie nationale.

 

Une carte à jouer pour les opérateurs

Le Cloud devient donc un moyen pour les opérateurs de rentabiliser leur activité face aux pure players que sont Amazon ou Google. Avec le Cloud sont arrivées des notions de multitenancy, d’environnement mutualisé, de portail, de self-service… Tous ces éléments vont pouvoir être utilisés par le client, de la même manière que l’opérateur, pour fournir son service d’outsourcing ou son service d’infogérance. Mais plus important, les opérateurs vont pouvoir combiner leurs offres de manière cohérente afin de proposer à ces entreprises et dans un même package voix, télécom, Internet et ICT.

 

Les grandes entreprises à moyen terme

D’ici trois à cinq ans, les grandes entreprises luxembourgeoises devraient également consommer davantage de ces services Cloud, alors qu’elles ne l’utilisent que peu aujourd’hui. Ces services vont constituer une nouvelle forme d’outsourcing pour elles. Là encore, la logique économique devrait jouer un rôle. Les grands constructeurs, à l’image de Microsoft, vont commencer à opérer une différence de prix entre l’on-premise et le Cloud, de manière à rentabiliser les investissements réalisés dans le Cloud. Les grandes entreprises risquent donc de voir leurs coûts IT augmenter et devront réviser leur stratégie d’outsourcing ou de Cloudisation. La question de la régulation au Luxembourg devrait également jouer un rôle. Avec un cadre en évolution, les grands comptes pourraient plus facilement faire le choix du Cloud, surtout pour les services périphériques du business tels que la messagerie, les plateformes de développement ou les plans de continuité.

 

Des fournisseurs plus matures

D’un point de vue global, le Luxembourg devrait aussi suivre la tendance d’une adoption grandissante des produits Cloud, à l’image des pays anglo-saxons, où certains de ces produits sont considérés comme mainstream. Si cette prévision s’avère exacte, les fournisseurs comme POST auront l’obligation de gagner en maturité, tant dans leurs cost models que dans leurs modèles de livraison et de support, afin de fournir cette nouvelle forme d’outsourcing qu’est le Cloud.

 

Laisser un commentaire

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE