Citrix Summit 2017 – notes from the field

La semaine passée j’ai eu la chance de participer au Citrix Summit 2017 à Anaheim (CA). Malgré une météo peu favorable (la Californie sous la pluie ne surpasse pas notre petit coin de Luxembourg), les keynotes, sessions et moments de socialisations n’en furent pas moins riches et variés !

 

Retour sur 3 éléments qui m’ont particulièrement marqués :

 

1. Cloud First !

Comme de nombreux éditeurs, Citrix a opéré sa transformation Cloud sur l’année 2016, et le train est définitivement en marche. Fort de leur collaboration étroite et de longue date, Microsoft et Citrix se sont associés pour fournir divers services de virtualisation d’applications et postes de travail dans le Cloud, basées sur Azure avec un branding 100% Citrix.

La nouvelle solution, appelée Citrix Cloud¹, est un panneau de contrôle permettant de gérer toutes les technologies Citrix. Cette approche basée sur le Cloud implique une infrastructure réduite, un contrôle centralisé et des mises à jour de type SaaS, réduisant ainsi coûts d’administration et complexité.

L’évolution des produits Citrix dans le Cloud se passe sous la forme de micro releases tous les 15 jours, permettant aux utilisateurs de bénéficier des toutes dernières fonctionnalités. Divers centres de delivery existent dans le monde – probablement Amsterdam et Dublin pour EMEA ; reste à voir comment les mécaniques d’intégration avec Microsoft Office365 et Azure AD vont évoluer afin de nous permettre une utilisation simplifiée.

Source: @citrix on Twitter

 

2. Acquisition d’Unidesk®

Au cours de ce Citrix Summit 2017, le CEO de Citrix Kirill Tatarinoven a annoncé la toute nouvelle acquisition de la société Unidesk. Pour moi qui ne suis plus un spécialiste du bit and byte, cette solution paraît effectivement novatrice et intéressante dans le domaine du « application layering ».

S’il est vrai que le layering applicatif existe déjà depuis de nombreuses années, il s’agit ici de gérer l’ensemble des layers en dehors de toute technologie d’hyperviseur (quid du support de VMWare à long terme ?) et d’assembler ces différentes couches avant la génération d’un disque dur virtuel. Ce dernier est alors présenté à l’hyperviseur comme un ensemble complet, sans aucune couche d’assemblage ou de virtualisation. Ceci a pour effet de fortement simplifier la gestion des « gold images » (en fait, on n’en gère plus) ainsi que d’assurer une portabilité majeure entre divers environnements mais également le Cloud bien sûr.

Cette technologie est également complètement intégrée à XenApp et permet d’avoir un disque virtuel pour un serveur SBC qui ne va présenter à l’utilisateur final que les couches auxquelles il a réellement accès, d’où, en théorie, une simplification et une plus grande standardisation des fermes Citrix.

En savoir plus : www.unidesk.com

 

3. ShareFile & OneDrive for Business: better together

Si la prolifération des solutions de type EFSS (Entreprise File Sync and Share) semble se stabiliser, il n’en reste pas moins compliqué de trouver la meilleure. Citrix l’a bien compris et s’est donc attachée à faire évoluer ShareFile d’une solution « standalone » à une solution « multi-Cloud », rendant possible son intégration automatique à vos « file share » d’entreprises, mais aussi à Exchange, SharePoint et Office365.

Ceci en fait une des rares solutions, avec les pure players comme Box ou Dropbox, permettant de simplement et facilement contrôler l’accès et le partage des données de l’entreprise, sans avoir à mettre tout au même endroit. Un vœu pieux face à la prolifération des données de nos jours !

Finalement ShareFile s’enrichit également de solutions de workflow, d’édition et d’annotation de documents et de travail collaboratif. Des fonctionnalités qui vont sans aucun doute intéresser les entreprises, pour qui le partage de documents va bien au-delà de la visionneuse de photos de vacances.


1 Hébergée sous l’url www.cloud.com ! Ils n’étaient pas le premiers dans l’arène, mais cela m’étonne que le nom de domaine cloud.com soit toujours disponible…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *