Blockchain : la technologie qui pourrait bouleverser nos modes de vie

Bien qu’elle soit toujours en phase de développement, la technologie Blockchain a fait le buzz durant toute l’année 2015. Que ce soit dans le monde financier ou dans celui plus large de l’Internet, il va falloir composer avec ce nouveau concept dont on prédit qu’il va bouleverser notre quotidien. Car si elle arrive à maturité, la Blockchain devrait modifier en profondeur les échanges et la manière dont nous nous faisons confiance.

 

À l’origine : le Bitcoin

C’est en effet dans le cadre du développement du Bitcoin, la célèbre monnaie cryptographique, que la Blockchain a fait son apparition comme une brique essentielle à l’utilisation de cette monnaie électronique. La Blockchain agit comme un tiers de confiance en inscrivant (et en conservant) l’ensemble des transactions entre les utilisateurs d’une chaîne donnée, un peu à la manière de nos bons vieux livres comptables. À un détail près : toutes les personnes ayant participé à la chaîne peuvent à tout moment en vérifier instantanément la validité, ce qui renforce la confiance mutuelle entre les acteurs. Cela signifie qu’il est possible d’envisager l’utilisation de cette technologie dans tous les domaines ou des tiers de confiance sont nécessaires.

 

De nombreuses autres applications

Rapidement, il est devenu évident que les applications possibles allaient dépasser les frontières du Bitcoin et du monde bancaire et permettre à la Blockchain de devenir une architecture indispensable pour tous ceux qui cherchent à créer de la confiance entre des acteurs qui ne se connaissent pas, tout en supprimant le coût des intermédiaires.

Parmi les domaines qui devraient être touchés en premier, on pense évidemment aux secteurs de l’assurance ou de l’immobilier dont le modèle est intensivement basé sur la rémunération de tiers de confiance. Suivront les secteurs de la musique, de l’archivage légal. On peut aussi imaginer une influence sur la sécurité sociale et sur une grande partie des services administratifs rendus par les États.

Comme le souligne Matt Ridley, dans son livre « The Evolution of Everything » : « Il ne faut pas s’attendre uniquement à des voitures sans chauffeur mais également à des entreprises sans propriétaire. Imaginez un futur où vous commanderiez un taxi qui n’est pas uniquement sans chauffeur mais qui appartiendrait à un réseau informatique, et non plus à un humain. Le réseau aurait levé des fonds, signé des contrats et fait l’acquisition de véhicules même si son siège central est dispersé aux quatre coins d’Internet. »

Un écosystème de start-up

Le futur de la Blockchain est tellement prometteur que de nombreuses start-up voient le jour depuis un an. Elles occupent tous les futurs domaines d’application.

Citons par exemple :

  • OpenBazaar : lorsqu’elle sera opérationnelle, cette place de marché décentralisée devrait être un concurrent open source à eBay.
  • PeerTracks : cette société cherche à bouleverser à nouveau les habitudes du secteur de la musique. La plateforme devrait permettre de mettre en relation les artistes et les consommateurs tout en offrant un système de rémunération équitable.

 

Encore un peu de patience

L’engouement pour le potentiel de cette nouvelle technologie ne doit pas nous faire oublier qu’elle est toujours émergente. De nombreux problèmes sont encore devant nous. Il faudra trouver des solutions techniques pour combler les besoins énormes en puissance de calcul. Il faudra également faire progresser la technologie qui, en l’état, ne peut réaliser que quelques transactions par seconde. C’est notamment sur ces points que travaillent de nombreuses start-up.

Pour finir, il semble important de réfléchir dès maintenant aux impacts que la Blockchain aura sur les organisations humaines qui devraient être poussées à quitter la structure hiérarchique pour évoluer vers un modèle collaboratif et décentralisé.

 

Pour aller plus loin :

Singularity Hub

Blockchain France

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *