Santé et assurance : IoT et Big Data révolutionnent les marchés (1/2)

Que ce soit à l’occasion de la troisième édition du Healthcare Summit ou lors du premier Insurtech Summit (deux événements qui se sont déroulés en octobre au Luxembourg), l’IoT et le Big Data ont été largement cités dans de nombreux ateliers et conférences. Difficile de passer à côté de cette explosion d’objets et de données qui devrait révolutionner les marchés de la santé et de l’assurance. Mais comment en est-on arrivé là ?

IoT : Une croissance sans limite

En 2005, on estimait qu’il y avait 500 millions d’objets connectés. En 2008, on considérait qu’ils étaient aussi nombreux que les humains sur la planète. Et la projection de 2020 table sur 50 milliards. Ces objets sont une source d’alimentation infinie pour le Big Data et son analyse de données. De ce fait, comment s’explique cette croissance exponentielle au fil des années ?

  • Dans l’IoT : elle s’explique en partie par le recours à de nouvelles connectivités à basse consommation comme Sigfox ou LoRa pour connecter davantage de capteurs, ou le Bluetooth Low Energy pour connecter de plus en plus d’objets à son smartphone. Les Wearables en sont un bon exemple (bracelet, montre, lunettes, vêtements, …).
  • À travers les réseaux sociaux : la multiplication des messages sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram, Snapchat, …) accroît les données produites. Les utilisateurs de ces réseaux n’ont jamais été aussi nombreux comme cela est le cas sur Facebook. Le nombre d’utilisateurs actifs par mois en avril 2016 était estimé à 1,712 milliards dont 1,574 sur mobile, soit l’équivalent de près d’une personne sur quatre sur la planète !

 

Big Data : Des données à la fois contextualisées et personnalisées

Sous réserve de respecter la protection des données privées, on parle aujourd’hui de contextualiser et personnaliser la donnée. Aussi bien le marché de la santé que celui de l’assurance se dirigent ainsi vers une segmentation de plus en plus fine, grâce à une analyse des données plus précise et plus pertinente.

  • Dans le domaine de la santé, le recours à la contextualisation et à la personnalisation peut permettre d’expliquer certains symptômes, faciliter ou améliorer la qualité d’un diagnostic, ou suivre en temps réel une maladie chronique :
    • par la collecte d’informations environnementales telle que la pollution ;
    • par la collecte d’informations historiques grâce à des capteurs embarqués sur soi pour mesurer la tension, la glycémie, …
  • Dans le domaine de l’assurance, le recours à la contextualisation et à la personnalisation permettront d’adapter les produits d’assurance automobile à un style ou à une fréquence de conduite grâce à la collecte de données sur la vitesse usuelle en un lieu, la météo, le trafic et autres données recueillies par les voitures connectées.

 

L’influence prédominante des GAFA

Google, Apple, Facebook et Amazon (GAFA) analysent depuis plusieurs années leurs données afin d’aboutir à des modèles prédictifs, pour leur stratégie publicitaire dans un premier temps, et qui peuvent à terme intéresser les marchés de la santé et de l’assurance. Derrière le concept de Big Data se cache toujours l’idée de « Je ne sais pas ce que je cherche, mais je peux y trouver beaucoup de choses » !

C’est à partir de cet adage que Facebook a défini la « physique de l’amour », en prédisant une relation amoureuse qui va s’établir entre deux personnes, par l’étude du rythme des billets échangés sur le réseau social. Ce rythme suit habituellement une courbe régulière ascendante avant de chuter soudainement, au moment de la mise en relation entre les deux personnes. Certaines entreprises pourraient être intéressées par ce type d’informations afin de proposer au bon moment sur Facebook des produits adaptés à un jeune couple (comme une assurance habitation).

Il en est de même pour Google qui, à partir de la géolocalisation des mots de recherches relatifs aux symptômes de la grippe, affirme pouvoir prédire des épidémies (Google Flu Trends), avec plusieurs jours d’avance sur les veilles sanitaires. Ce type d’information n’est surement pas sans intérêt pour les laboratoires pharmaceutiques.

 

Quant l’IoT et le Big Data stimulent la capacité à innover

Mais au-delà de ces modèles prédictifs, c’est toute une capacité d’innovation qui s’instaure avec l’IoT et le Big Data. De nouveaux usages se créent, révolutionnant les marchés existants, dans une approche plus collaborative. C’est ce que nous développerons dans la deuxième partie de cet article à découvrir très bientôt sur le blog.

**********

Plus de détails sur l’IoT et le Big Data dans les métiers de la santé dans la présentation ci-dessous, qui a fait l’objet d’une intervention au Healthcare Summit au Luxembourg en octobre 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *