Le déploiement de la 5G annoncé pour 2020 au Luxembourg approche à grands pas. C’est dans ce contexte que POST Luxembourg a invité mi-octobre ses clients et son partenaire Ericsson à échanger sur les challenges et opportunités de la révolution 5G. Que sait-on aujourd’hui de son fonctionnement ? Quelles sont les avancées par rapport à la 4G ? Quels nouveaux usages peut-on d’ores-et-déjà anticiper ? Faisons le point.

Fonctionnement du réseau 5G

Qualcomm a récemment présenté son premier smartphone 5G. Il constitue une formidable avancée en matière de miniaturisation. En effet, jusque-là, les terminaux de test représentaient la taille d’une imprimante de bureau. Ce nouveau terminal aux dimensions d’un smartphone classique ouvre la possibilité de réaliser des tests d’utilisation en conditions réelles.

Aux fondements de cette nouvelle génération de réseau se trouve la connectivité entre les ondes et l’appareil. Nous sommes à ce jour au stade expérimental. Les standards restent encore à définir mais les acteurs s’accordent à dire que la 5G devrait utiliser un protocole d’ondes à ultra haute fréquence. On parle d’ondes millimétriques dont les fréquences se situent entre 3,5GHz et 50GHz.

L’utilisation des ultra hautes fréquences permet de réduire la taille des antennes et d’utiliser la technique du Beam Tracking c’est-à-dire la focalisation du faisceau radio. Il s’agit de mieux faire converger les ondes radio vers la position du mobile en multipliant les antennes. Cette technologie permet de compenser le manque de propagation qui caractérise cette gamme de fréquences.

L’autre technologie qui sera mise en œuvre est nommée MIMO (Multiple-Input Multiple-Output). Elle permet d’associer plusieurs antennes pour un seul et même terminal afin de maximiser le débit.

 

Des performances décuplées

Le fonctionnement du réseau 5G va permettre de proposer un débit quasiment sans limites.  Environ 20 Gbit par secondes soit un débit 100 fois supérieur à l’actuelle 4G.

Le temps de latence sera lui aussi significativement réduit. On parle de 1ms de latence en 5G à comparer aux 500ms constatées actuellement en 4G. Une immédiateté qui peut désormais ouvrir la voie au développement de toute solution nécessitant réactivité et précision.

Enfin, la 5G va conduire à la fin de la neutralité des réseaux. Le trio réseaux, applications, terminaux sera capable de choisir les fréquences et protocoles les mieux adaptés à chaque type de communication. Une application météo utilisera des fréquences moins rapides qu’une voiture autonome qui nécessitera le temps de latence le plus faible dans ses échanges.

Cette nouvelle infrastructure entraînera de nombreuses avancées comme l’extension de la couverture mobile ou la multiplication du nombre de connexions possibles quels que soient les terminaux : smartphones, tablettes, objets connectés domestiques ou industriels.

La 5G marquera également la fin des problèmes d’itinérance. Il sera en effet possible de voyager à grande vitesse tout en surfant sur Internet sans subir de déconnection. La consommation d’énergie sera également beaucoup plus efficiente. Les appareils mobiles devraient en effet pouvoir bénéficier d’une autonomie de près de trois jours sans rechargement.

 

Les usages de demain

On pourrait balayer une multitude d’exemples pour démontrer les gains majeurs que va entraîner le déploiement de la 5G. Mais j’apprécie tout particulièrement ce résumé de Chris Feltham, Business Transformation Strategist chez Intel :

« Quel que soit le secteur dans lequel vous officiez ou la taille de votre entreprise, la 5G va entraîner des niveaux de rupture sans pareil. Cette technologie permettra aux entreprises d’améliorer leur efficacité, d’exploiter la puissance de l’automatisation, de créer de nouveaux modèles économiques et, au final, de redéfinir le fonctionnement même de la société. Tout, de la façon dont nous voyageons et travaillons à la façon dont nous prodiguons des soins, fabriquons des articles et produisons des aliments, sera directement amélioré par la 5G. »

Afin d’accompagner le développement du marché des objets connectés, estimé à 20 milliards d’équipements d’ici 2020, il est nécessaire de dépasser les réseaux IoT et d’évoluer vers la 5G. En effet, les volumes de données échangées estimées pour une voiture autonome représentent 4000 Go par véhicule et par jour : analyse en temps réel de la route, des obstacles, du trafic nécessaire à notre sécurité. La voiture autonome n’est qu’un des exemples qui témoigne de l’engagement de la 5G sur la voie d’une quatrième révolution industrielle.

Laisser un commentaire

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE