Les « wearables‬ » : Attention, prêt, connecté !

Qu’est ce qu’un « wearables » ?

La notion de « wearables » recouvre l’ensemble des objets connectés « intelligents » à porter à même le corps ayant la technologie adaptée pour communiquer avec un smartphone, une tablette tactile et/ou un ordinateur afin de lui transmettre des informations via une liaison sans fil. Ils prennent souvent la forme d’un accessoire : montre, bracelet fitness, lunettes… mais peuvent aussi être intégrés dans les vêtements. L’intérêt principal, c’est l’interactivité, la possibilité de récupérer des informations, ou d’envoyer des statistiques, de garder le contact… afin d’améliorer et d’enrichir le quotidien des consommateurs.

 

Les « wearables » : quelles tendances ?

D’après la dernière étude du cabinet Deloitte « Tech Trends 2014 », les « wearables » figurent cette année parmi les grandes tendances IT. D’ailleurs, les ventes mondiales d’objets connectés à porter sur soi devraient atteindre 19 millions d’unités cette année, soit trois fois plus qu’en 2013, et frôler les 112 millions en 2018 selon une étude du cabinet IDC, parue en avril 2014. D’ici 2020, le nombre d’objets connectés devrait atteindre les 26 milliards telle est l’estimation du cabinet d’études Gartner. Ce chiffre ne comprend ni les ordinateurs, ni les tablettes et les smartphones, précise le spécialiste des nouvelles technologies, mais seulement ce que les Anglo-Saxons appellent “l’Internet of things”, c’est-à-dire les objets connectés.

Les « wearables » connaissent un énorme succès auprès du grand public, en particulier grâce aux montres et aux bracelets connectés. Cependant aujourd’hui ces objets connectés s’adressent encore trop exclusivement aux adeptes du « Quantified self ». Et la démocratisation des « wearables » ne passera donc pas par les particuliers mais par les entreprises qui constitueront « le premier marché réceptif », assure J.P. Gownder, vice-président et analyste du cabinet Forrester Research.
En effet, il existe de véritables opportunités d’applications professionnelles concrètes. Les CIO seront donc des acteurs clés et devront se positionner comme prescripteur d’innovation en proposant des solutions nouvelles aux métiers et en trouvant comment les “wearables” peuvent faciliter et améliorer leurs pratiques quotidiennes. De plus, les consommateurs à titre privé qui ont largement adoptés ces objets connectés dans leur vie quotidienne ne les laisseront pas à la porte de leur bureau.

 

Les sociétés vont-elles succomber aux wearables ?

C’est peut-être dans ce domaine que l’objet connecté prendra sa pleine mesure. L’utilisation des « wearables » dans le monde professionnel permettra d’explorer de nouveaux débouchés pour les métiers. Le potentiel est énorme pour transformer les façons de travailler, la manière de prendre les décisions ou bien d’impliquer collaborateurs, clients et partenaires. Au-delà de la folie du “quantified-self” et des bracelets connectés, la technologie peut être réintroduite là où la sécurité ou la logistique ne permettrait pas l’usage du PC ou du mobile.
On note toutefois que de plus en plus d’entreprises intègrent une réflexion autour de l’expérience utilisateur («UX») tout au long des projets IT et comme prérequis à toute une stratégie digitale.

 

Les « wearables » au Luxembourg

Aujourd’hui, chaque nouvelle sortie de smartphones ou de tablettes fait l’objet de grands événements promotionnels chez les opérateurs du pays. On remarque que l’engouement est toujours au rendez-vous ce qui prouve donc que les Luxembourgeois aiment la technologie mobile.

Selon les chiffres publiés par le Statec, 95% des 16 à 74 ans sont équipés d’un téléphone mobile ou smartphone. Parmi les internautes mobiles (mobinautes), 50% utilisent leur téléphone mobile/smartphone pour accéder à Internet en dehors du travail ou du domicile, 44% se connectent à un ordinateur (laptop, notebook, netbook), 20% à une tablette et 58% des mobinautes utilisent une application de géolocalisation sur leur appareil mobile.
Nous pouvons donc aisément imaginer que cette tendance d’hyper-connectivité soit transposée à des fins professionnelles au Luxembourg.

 

Quelques exemples d’objets connectés qui peuvent faciliter la vie quotidienne du consommateur :

 

N°1 – PLATSC : la carte “all in one”
Platsc permet d’avoir toutes vos cartes en une : carte de crédit, de fidélité, cadeau ou d’accès. A découvrir ici :

 

 

N°2 – Pulse Ox Withings :
Quel que soit votre niveau de forme ou votre style, le Pulse Ox de Withings peut vous aider à augmenter votre activité et à améliorer votre santé. A découvrir ici :

 

 

N°3 – Amazon Echo : l’assistant personnel à reconnaissance vocale
Cet assistant personnel dernière génération et répondant au doux nom d’Alexa permet : d’ajouter un achat à sa liste de courses, donner la météo, les dernières news ou encore jouer de la musique depuis votre compte Spotify. Ce boîtier cylindrique fait clairement concurrence à Siri d’Apple ou Google Now ! A découvrir ici :

 

 

N°4 – Parrot Flower Power : Le capteur intelligent
Ce capteur mesure les besoins de vos plantes grâce à l’analyse des 4 points essentiels que sont : la luminosité, la température, l’engrais, l’humidité. Aussitôt qu’il détecte qu’une intervention de votre part est nécessaire, vous êtes notifiés sur votre smartphone ou tablette. A découvrir ici :

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *